Gratin chou-fleur, poireaux et fromage de chèvre pour enfant

342
Gratin

La petite Histoire :

Le chou-fleur est un légume qui est utilisé depuis bien longtemps dans le Proche Orient et qui était très prisé des Grecs et des Romains durant l’Antiquité.

Par la suite, il tombe petit à petit dans l’oubli. Mais au XVIe siècle, des marins italiens de Gênes l’auraient importé du Levant au Proche-Orient, comme une nouvelle trouvaille.

Il restera encore néanmoins cité comme « le légume du pauvre » par Olivier de Serres, grand agronome sous Henri IV, dans son Traité de l’agriculture.

 Le chou-fleur commence à retrouver un peu de prestige sous Louis XIV.

C’est le responsable des jardins et potagers du Roi Soleil qui aurait fait venir des graines de Chypre pour pouvoir cultiver ce légume.

Il se démocratise en France vers la fin du XVIIe siècle grâce au semis.

Puis, Louis XV devient très friand de ce produit et lui donne une place importante dans la gastronomie royale. Il ira jusqu’à donner le nom d’une de ses dames à plusieurs recettes, dont le potage « à la Du Barry ».

Dans son grand dictionnaire de la cuisine, Alexandre Dumas écrit : « Nous empruntons aux dispensaires du temps de Louis XIV la plus excellente et royale façon d’apprêter ce légume ». Il cite plusieurs recettes : « Choux-fleurs étuvés », « Choux-fleurs au beurre », « Chou-fleur au jus » ou encore « Chou-fleur au fromage » et bien d’autres où le légume est frit, farci ou bien servi en ragoût.

Aujourd’hui, la terre de prédilection du chou-fleur est la Bretagne. La région représente 80 % de la production du pays (environ 300 000 tonnes par an), ce qui fait également de la Bretagne la première productrice de chou-fleur en Europe.

 

Recette pour 4 personnes :

  • 1 chou-fleur
  • 2 poireaux
  • ½ mesure bien tassée de beurre (50 g)
  • ½ mesure de farine (30 g)
  • 3 mesures de lait (60 cl)
  • 1 pincée de noix de muscade
  • 1 bon morceau d’emmental (la quantité peut varier en fonction de la gourmandise)
  • Quelques rondelles de buche de chèvre

Bien rincer le chou-fleur et les poireaux pour enlever toute la terre. Couper le chou-fleur en bouquet et le plonger dans une eau salée bouillante pendant 20 minutes. Couper les poireaux en rondelles et les mettre à fondre dans une poêle beurrée, à feu doux.

Pour faire la béchamel, faites fondre le beurre dans une casserole en remuant régulièrement. Ajouter la farine puis le lait, sans cesser de remuer. Continuer à mélanger jusqu’à ce que le mélange s’épaississe. Saler, poivrer et ajouter la noix de muscade.

Préchauffer le four thermostat 6-7. Égoutter le chou-fleur et le répartir avec les poireaux dans un plat, puis verser la béchamel par-dessus. Avec un économe, faire de fines bandes d’emmental et couper quelques rondelles de fromage de chèvre à placer sur le tout.

Enfourner le plat pendant 10 minutes environ (en fonction de la puissance de votre four) jusqu’à ce que le fromage soit bien gratiné. Servir bien chaud !

 

Recette en Histoire :

C’est l’histoire de deux poireaux et  un chou-fleur qui voulaient passer leur exatin, l’examen de gratin.

Un examen très connu parmi les légumes et qui leur permettrait d’accéder à la table de la salle à manger.

La première épreuve de l’examen fut le nettoyage. Rien de très compliqué pour ces trois légumes qui passèrent tranquillement sous l’eau.

La deuxième épreuve fut le découpage. C’était un peu plus compliqué et il fallait les mains d’un adulte pour ce passage.

Les deux poireaux passèrent sans problème, mais le chou-fleur eut un peut peur. Alors les deux poireaux l’ont encouragé : « allez chou-fleur, vas-y tu peux le faire !, allez chou-fleur !». Ces encouragement aidèrent bien chou-fleur qui réussit à passer l’épreuve.

La troisième épreuve était la cuisson, et les mains de l’adulte étaient aussi d’une grande aide à ce moment.

L’épreuve n’était pas exactement la même pour tout le monde. Chou-fleur devait passer dans une eau bouillante et salée pendant 20 minutes. Quant aux poireaux, ils devaient fondre dans une poêle à feux doux. Et c’est là que les poireaux rencontrèrent le beurre.

Lui aussi passait l’exatin, et les poireaux et lui devaient faire équipe tous les trois dans la poêle. Pendant que beurre fondait plus vite que les deux poireaux dans la poêle, il racontât l’autre épreuve qu’il devait passer avec lait et farine, dans une casserole.

« Cette épreuve a l’air un peu plus compliquée », se dit l’un des poireaux. Beurre devait fondre dans une casserole et être remué sans arrêt. Puis venait s’ajouter farine et puis lait. Et là, ils continuaient d’être mélangés et mélangés, jusqu’à ce qu’ils se transforment tous en béchamel. Ça ressemblait à un liquide pâteux et qui sentait bon. On y ajoutait un peu de sel de poivre et de la noix de muscade.

Mais beurre lui dit qu’ils rencontreraient bientôt béchamel puisqu’il devait tous ce regrouper avec chou-fleur dans un plat et faire équipe pour l’épreuve finale, la cuisson au four, où ils seraient rejoints par deux fromages.

Effectivement quelque instant plus tard l’épreuve du four arriva.

Chou-fleur, qui avait fini de cuire, rejoignit les poireaux et le beurre. Ils devaient tous se repartir dans un plat à gratin. Quand ils furent bien répartis, béchamel arriva. Les poireaux qui avaient entendu parler d’elle furent ravis de pouvoir la rencontrer. Elle coula sur eux, mais lentement, pas comme de l’eau. Beurre avait dit vrai, c’était pâteux et ça sentait bon.

Enfin les formages arrivèrent. Leur épreuve n’était pas très dure, mais elle était importante, car c’était eux qui faisaient le gratiné sur le dessus du gratin.

C’était un emmental et une bûche de chèvre.

Emmental devait être coupé en petite lamelle avec un économe et la buche de chèvre en rondelle. Ils se répartirent très bien, de façon à bien recourir tout le monde, comme l’avait fait béchamel.

Tout le monde était prêt et avait un peu le trac.

Car c’était la dernière épreuve de l’exatin, celle où tous ensemble ils allaient se transformer en gratin. Tout le monde avait bien travaillé et passé chaque épreuve avant celle-ci alors chou-fleur rassura les autres et leur dit que tout se passerait bien, même si lui aussi avait un peu le trac.

Des mains d’adulte prirent le plat et le mis au four. Ça y est, la dernière épreuve commençait, ils devaient rester 10 minutes dans un four qui avait été chauffé avant sur le thermostat 6-7.

Les légumes se mirent à chauffer, la béchamel à faire des petites bulles et surtout le fromage se mit à gratiner. C’était beau il devenait doré !

Cling ! fit la sonnerie du four. C’était fini et la dernière épreuve était terminée. Les mains d’adulte, bien protégées avec des gants sortirent le plat du four. Il était tout fumant et une douce odeur s’en dégageait. Des yeux de parent et d’enfant le regardaient avec appétit. Chou-fleur dit aux autres : « Je crois qu’on a réussi l’exatin! ».

Oui c’est bon ! Félicitations ! Tout le monde a bien travaillé et le plat peut être amené sur la table. Le gratin peut maintenant régaler des bouches et des estomacs. Mais attention : c’est chaud !

PARTAGER
Article précédentSoupe asiatique pour enfant
Article suivantAquaponie

LAISSER UN COMMENTAIRE