Galettes de pomme de terre pour enfant

187
roesti

La petite histoire :

La pomme de terre est un aliment incontournable, que ce soit en purée, sautée, en frites, en alcool ou même dans les biscuits sous forme d’amidon, on la trouve partout.

Elle comprend plus de 3000 variétés différentes, mais la plupart ne sont pas utilisés pour la consommation. Seulement une centaine sont cultivées en France.

Une plante résistante

La pomme de terre est une plante puissante, car elle cumule plusieurs atouts qui lui permettent de survivre dans des conditions difficiles. Elle cumule racines et tubercules, ce sont ces derniers que nous mangeons.

Ces racines lui permettent de puiser directement dans le sol les ressources dont elle a besoin. Les tubercules lui permettent de stocker de l’énergie en cas de coup dur. De plus, chaque tubercule peut créer un nouveau pied de pomme de terre et donc une nouvelle plante. Ce végétal est également capable de créer des petits fruits semblables à de minuscules tubercules qui peuvent l’aider à se propager, mais ceux-ci attirent trop peu les insectes pollinisateurs.

C’est pourquoi cette plante est devenue un aliment indispensable qui a sauvé de nombreuses populations de la famine. Mais malheureusement, celle-ci ne sera pas à l’abri de différents parasites, comme le champignon mildiou en Irlande du Nord ou l’insecte doryphore en Amérique, qui en ravageant les récoltes ne pourrons éviter certaine disette.

Mais tout chez elle n’est pas comestible, les feuilles de ce légume sont toxiques. Il faut prendre garde également à ne pas exposer la pomme de terre au soleil, sinon elle devient verte et secrète une  toxine qui la rend impropre consommation. C’est pourquoi il est important conservé ses pommes de terres à l’abri de la lumière.

La pomme de terre d’où vient-elle ?

La pomme de terre est originaire du Pérou plus exactement du lac Titicaca. Les chasseurs-cueilleurs du néolithique avaient déjà découvert son potentiel nutritif, et commencé à la domestiquer. Un peu plus tard, il y a 8000 ans sur l’Altiplano andin les premières cultures de pomme de terre deviennent importantes. Elle est consommée sous toutes ses formes, et conservée.

Mais ce sont les Espagnols qui au XVIe siècle envahissent le Pérou et ramènent en Espagne la fameuse pomme de terre. Mais ce n’est pas exactement celle que l’on connaît aujourd’hui. Elle porte un goût amer, est fripée et ne fait pas envie à tous les Européens. C’est avec l’évolution des méthodes de culture qu’elle finira par avoir l’aspect et le goût qu’on lui connaît aujourd’hui.

Malgré tout, la pomme de terre se répartit dans les majeurs pays de l’Europe, mais pas en France. Car sous prétexte qu’elle ne figure pas dans la Bible les Français pensent qu’elle est mauvaise pour la santé.

C’est au XVIIIe siècle, grâce à Antoine-Auguste Parmentier, que la pomme de terre est enfin consommée par les Français. Ceci est dû aux famines répétées qui ont touché le pays. L’Académie des sciences cherche un moyen de compléter l’alimentation des Français qui jusqu’à présent était principalement basé sur la culture du blé.

Parmentier ayant séjourné dans des prisons prussiennes où il se nourrissait de pommes de terres sait qu’il peut apporter la réponse. De manière très habile, il va réussir à donner une image d’importance à ce végétal.

En effet, il organise des repas à base de pommes de terre où il invite différentes personnalités, telles que le Roi et la Reine en 1785. Il fait également planter ce légume aux abords de Paris et place des gardes durant la journée. La nuit ceci se retire, les villageois pensant que c’est un légume de valeur viendront en voler.

La pomme de terre du futur

Aujourd’hui même la NASA s’y met. Elle voudrait permettre à ces astronautes de faire pousser des pommes de terre sur mars. Le centre spatial a sélectionné neuf variétés pour réaliser des tests dans des conditions très proches de celles de mars.

Ce projet pourrait avoir des retombées intéressantes sur terre également, car il pourrait permettre de donner naissance à des pommes de terre très résistantes capables de pousser dans les déserts.

 

Recette :

Pour 4 personnes il faut :

  • 4 pommes de terre à chair ferme (Charlotte, Pompadour, Rate)
  • Une tranche de lard ou une boite de lardon (nature ou fumé)
  • Un morceau de compté
  • 2 oignions
  • De la noix de muscade râpée
  • De l’huile d’olive
  • Du vinaigre balsamique

Éplucher et râper les pommes de terre dans un récipient. Découper en dès le compté et la tranche de lard, éplucher et couper en fine lamelle les oignions (en pensant à enlever les germes).

Dans une grande poêle, faire juste griller à feux très vifs les lardons (ils cuiront après avec les restes des ingrédients). Déglacer avec une giclée de vinaigre balsamique.

Verser ensuite un trait d’huile d’olive dans la poêle et ajouter la pomme de terre râpée, les oignons, le compté, la noix de muscade, du sel et du poivre. Mélanger les ingrédients, puis tasser le tout avec une spatule et former des petites galettes. Faire cuire à feux vif, pas trop fort, en surveillant pour que les galettes grillent, mais ne brulent pas. Lorsqu’une face est bien grillée, retourner les galettes.

Servir avec une petite salade et le tour est joué.

 

Recette façon histoire : Les galettes de Roesti

4 pommes de terre se promenaient dans la cuisine, elles voulaient se transformer en galette !

  • Pour commencer, il faudrait que nous enlevions notre peau, dit l’une des pommes de terre.
  • Oui comment pourrions-nous faire ?
  • Là-bas je vois un économe, nous allons pouvoir nous éplucher.

Alors, les pommes de terre s’épluchèrent.

  • Maintenant il faut que nous nous transformions en petit bout
  • Avec un couteau on pourrait être des cubes
  • Mais non c’est trop gros…
  • On pourrait s’écraser pour être toute moue
  • Mais non c’est trop petit, on deviendrait de la purée. Comment pourrait-on devenir des galettes ?
  • Je sais on pourrait se râper !
  • Ha oui bonne idée !

Alors, les pommes de terre se râpèrent.

  • Bon, on est épluché, râpé, on va pouvoir aller dans la poêle.

Elle s’apprêtait à entrer dans la poêle lorsqu’elles entendirent :

  • Salut les patates, je peux venir avec vous ?

C’était une tranche de lard.

  • On n’est pas des patates on est de pomme de terre. Lui répondit une des pommes de terre. Les patates c’est la patate douce, celles qui sont plus sucrées.
  • A d’accord, pardon, je ne savais pas. Mais moi aussi je veux devenir une galette, mais tout seul je peu pas est-ce que je peux venir avec vous ?
  • Pourquoi pas, mais comme ça tu ne peux pas venir, il faut que tu sois en petits morceaux.
  • D’accord, je vais me râper alors.

La tranche de lard essaya de se râper, mais ça ne marcha pas.

  • Bon ça a pas l’aire de marcher, sinon tu peux te couper en petits morceaux. Lui proposa une patate.
  • Oui tu as raison je vais me mettre en morceaux.

Une fois la tranche de lard transformé en lardon, tout le monde se dirigea vers la poêle. Mais arrivé devant la poêle les pommes de terre râpées eurent peur. Alors pour les rassurer la tranche de lard transformé en lardon alla avant elles. Quand les lardons furent un peu grillés, les pommes de terre eurent confiance et elle s’apprêtait à rejoindre les lardons quand une voix appela derrière elles.

  • Attendez nous ! nous aussi on veut faire partie des galettes !

C’étaient deux oignons et un morceau de compter. Finalement, ça rassurait les pommes de terre de ne pas être toutes seules.

  • Venez, dit une patate, mais il faut que vous soyez en petits morceaux.

Alors, le compté et les oignons se mirent en morceaux.

Enfin, tout le monde était là. Les lardons attendaient dans la poêle, mais pas longtemps, car ils furent rejoints par les pommes de terre râpées, les oignons et le compté en morceaux. Ils se mélangèrent avec du sel, du poivre et un peu de noix de muscade. Après, tout le monde se réunit en quatre petits tas. Elles grillèrent d’un côté, puis de l’autre. Et voilà tout le monde était devenu quatre belles galettes bien dorées, qui sentait bon et qui était délicieuses !

LAISSER UN COMMENTAIRE