Gâteau à l’amande pour enfant

179

La petite histoire :

L’amande est cette graine fine, blanche et croquante. Elle se marie aussi bien avec des plats sucrés que salés.

Elle peut être consommée telle quelle ou bien être cuisinée effilée, concassée, ou en poudre.

Il existe deux types d’amendes : l’amande amère et l’amande douce.
Sous forme sauvage elle est amère et toxique.

Elle serait originaire d’Asie centrale et orientale. Il semblerait que ce soit les Hébreux qui les auraient importées en Égypte. L’amande est également très utilisée sous forme d’huile dans les cosmétiques. Et cela ne date pas d’hier, puisque durant le premier millénaire avant J.-C. les Égyptiens l’utilisaient déjà de cette façon.

Mais ils en connaissaient également les vertus culinaires puisqu’ils l’auraient utilisée dans la fabrication de pains offerts aux pharaons.

Ce serait les Grecs qui l’auraient ensuite importée en Europe.

Les Romains auraient alors eu le même intérêt pour ce fruit qu’ils auraient nommé « noix grecque ». Ces derniers se mirent donc à la cultiver en Italie. Mais ce n’est que bien plus tard que les Français l’adoptèrent à leur tour, au cours du Moyen Âge.

Elle était utilisée sous forme de lait ou bien dans diverses préparations sucrées et salées.

Ce n’est cependant qu’au XVIe siècle que la France se serait sérieusement mise à cultiver l’amande douce. L’amandier pousse donc dans le sud du pays, car c’est un arbre qui a besoin d’un climat chaud.

Par la suite vers le milieu du XVIIIe siècle, des pères franciscains partis d’Espagne auraient emporté l’amande en Amérique du Nord et notamment en Californie, qui est aujourd’hui le plus gros producteur mondial d’amande, avec environ 80 % de la production mondiale en 2016.

 

Recette : Pour 4 personnes

– Beurre salé 125g
– 1/2 mesure de Farine (150g)
– 1 mesure de sucre de canne roux (200g)
– 2 mesures de poudre d’amandes (100g)
– Sucre vanillé 1 sachet 7,5g
– Levure chimique 1 demi-sachet 7g
– 4 œufs

Préchauffer le four à 200°C thermostat 6/7.

Nous allons commencer par mettre dans un saladier la farine , le sucre roux, la poudre d’amande, le sucre vanillé et le sachet de levure.

Dans un récipient à part, séparez les blancs des jaunes. À présent nous allons battre les blancs en neige. Il faut les fouetter à la main ou au batteur électrique jusqu’à obtenir une consistance compacte et mousseuse. Incorporer les blancs au mélange en mélangeant doucement avec une spatule pour ne pas casser les blancs.

Ensuite, ajoutez les jaunes et mélangez à nouveau jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Dans une casserole, faites fondre le beurre. Laissez le beurre une fois fondu refroidir un peu, puis ajoutez-le au mélange. Toujours avec une spatule, mélangez pour obtenir un mélange homogène.

Vous pouvez maintenant beurrer et fariner un plat à gâteau, puis verser le mélange en répartissant bien la matière.

Le gâteau peut-être enfourner pendant 40 minutes environ.
Quand le dessus du gâteau est légèrement roux, vérifiez sa cuisson en plantant un couteau à bout rond en son milieu.

Si le couteau ressort net, c’est que le gâteau est cuit. S’il ressort avec de la matière, c’est que le gâteau a encore besoin de quelques minutes.

Quand il est prêt, vous pouvez le sortir du four et le laisser refroidir avant de le démouler. Après, il ne reste plus qu’à déguster !

 

Recette en histoire : Le grand voyage

Aujourd’hui farine, sucre roux, poudre d’amande, sucre vanillé et levure ont décidé de partir en voyage pour explorer de nouvelles contrées. Ils se réunissent devant leurs moyens de transport, le grand saladier. Farine dit aux autres : « êtes-vous prêts les amis ? nous allons partir en fabuleux voyage, je ne sais pas ce que nous trouverons ni si nous rentrerons, mais une chose est sûre : nous allons vivre une aventure ! »

Tout le monde n’était pas aussi enthousiaste que farine, mais chacun avait la curiosité ou l’excitation d’aller découvrir de nouvelles choses. C’est pourquoi tous les ingrédients montèrent à bord du grand saladier et le voyage commença.

Ils voyagèrent dans la cuisine et découvrirent tout ce qui les entourait. Arrivés près d’un grand édifice blanc qui ronronnait, ils décidèrent de s’arrêter pour aller explorer.

-« Qu’est-ce donc que ceci ? » demanda sucre roux.

-« Je crois que c’est un réfrigérateur », lui répondit sucre vanillé.

-« Ah bon et à quoi ça sert? »

-« Et bien ça sert à tenir les aliments au froid ».

-« Mais pourquoi les aliments voudraient être dans le froid? » Demande poudre d’amande.

-« Je crois que c’est pour qu’ils puissent tenir plus longtemps, pour être mangés plus tard » s’exprime farine.

À force de discuter, les ingrédients ne se sont pas rendu compte que quatre œufs sont sortis du frigo. Ils ont l’air de se disputer.

Les ingrédients restent perplexes, car ils n’ont jamais vu d’œufs. Mais au bout d’un moment, farine finit par leur demander ce qu’il se passe. Les œufs sont tout d’abord surpris aussi, car ils n’avaient pas fait attention aux les ingrédients qui les regardaiet, et ils n’avaient, eux non plus, jamais vu de farine, sucre roux, sucre vanillé, de poudre d’amande et de levure !

Ils expliquent alors aux ingrédients que les blancs veulent être montés en neige, mais que les jaunes ne sont pas d’accord. Impuissants, les ingrédients assistent à la scène.

Les œufs se cassent et les blancs et les jaunes se séparent. Les blancs partent dans un saladier et un fouet vient les battre très très vite.

Le blanc commence à mousser et de plus en plus à gonfler, ils finissent par devenir vraiment compacts. Les ingrédients sont impressionnés et se disent que cela pourrait être intéressant s’ils venaient voyager avec eux.

Les ingrédients racontent aux blanc en neige leur aventure, et les blancs en neige, séduits, acceptent de les rejoindre. Ils se mettent alors tous dans le grand saladier et une spatule vient les mélanger doucement. Et tous ensemble ils forment une pâte.

Le grand saladier s’apprête à repartir en exploration dans la cuisine quand de petites voix s’écrient : « attendez-nous ! Nous voulons venir avec vous! »

Ce sont les jaunes qui veulent se joindre au groupe. Ils ont finalement réfléchi et les blancs leur manquent, ils veulent donc faire partie du voyage.

Personne n’y voit d’inconvénients. Les jaunes rejoignent donc tout le monde dans le saladier et s’y mélange pour former à nouveau une pâte. La pâte continue donc son voyage dans son grand saladier et arrive près de la cuisinière.

Là, la pâte découvre du beurre fondu dans une casserole.

Elle lui demande:

-« Que fais-tu là ?  »

Le beurre lui répond:

– » je ne sais pas j’attends  »

-« Mais tu attends quoi ? »

-« Je ne sais pas trop j’attendais de voir s’il pouvait m’arriver quelque chose d’intéressant. Je voulais voir si une fois fondu, il allait se passer quelque chose. »

La pâte réfléchit et se dit que du beurre fondu dans l’équipe ça pourrait être très agréable. Alors lui propose de se joindre au groupe pour finir ce voyage et cette aventure.

Le beurre prend le temps de réfléchir en refroidissant un peu, puis finit par comprendre que c’était ce qu’il attendait : une aventure.

Avec joie, il se joint la patte et se mélange avec elle. Le grand saladier repart donc jusqu’à arriver au four.

Ce dernier est très chaud et il doit être allumé depuis un petit moment. La patte a bien voyagé et se dit que cela pourrait être agréable de se reposer dans un four bien chaud. Mais elle ne veut pas y aller avec le saladier.

Elle cherche donc autour d’elle un autre moyen de transport et s’aperçoit que sur le plan de travail trône un plat à gâteau beurré et fariné.

Elle se laisse glisser à l’intérieur de ce plat à gâteau et part tranquillement vers le four.

Pendant 40 minutes la patte se laisse gonfler et dorer. Quand elle est bien cuite, elle sort du four, se laisse refroidir et se dit que c’était une belle aventure  et que tous les ingrédients ont bien fait de voyager ensemble pour devenir ce beau gâteau !

PARTAGER
Article précédentLait de poule de Noël pour enfant

LAISSER UN COMMENTAIRE