Jus d’orange chaud pour enfant

238
chauffrange

La petite histoire :

Mais pourquoi l’orange est-elle liée à Noël ?

Ce fruit au gout amère et sucré, bien apprécié au petit déjeuner en jus d’orange, n’a pas toujours été accessible à tout le monde. L’orange est liée aux périodes des fêtes, car jusqu’à la moitié du XXe siècle c’était un fruit de luxe. Seule la haute société y avait accès, l’orange était chère.

L’hiver étant la saison de ce fruit, c’était un beau cadeau que l’enfant sage recevait. L’orange était à l’époque un symbole de pouvoir et de richesse, c’est pourquoi les aristocrates pouvaient lui consacrer un bâtiment entier (les orangeries).

Mais avant d’en arriver là, quel chemin a parcouru l’orange ?

Cette agrume fût exportée de Chine pendant les croisades par la route méditerranéenne. Mais ce n’est pas l’orange que l’on connaît aujourd’hui douce et sucrée, non c’était l’orange amère. Mais son parfum et ça saveur reste exotique. Échangé par les Perses aux Arabes, ce fruit fut introduit en Andalousie, Sicile et pays Valencian, d’où il se dispersa vers le reste de l’Europe.

C’est au XVIe siècle que les Portugais mirent la main sur l’orange douce en Chine. Beaucoup plus savoureuse et sucrée, lorsqu’elle fut ramenée en Europe elle fût très vite adoptée, au détriment de l’orange amère.

Pa la suite l’orange subie de nombreuse sélection  et de nouvelles méthodes d’agriculture créer le fruit que l’on connait aujourd’hui.

Elle est essentiellement produite au Brésil et aux États-Unis. Le reste des pays comme le Mexique, l’Inde, l’Espagne, la Chine, l’Iran, l’Égypte, l’Indonésie se partage le reste de la production. En France une production à petite échelle se fait dans les Pyrénées-Orientales et en Corse.

 

Recette :

Il faut:

  • 4 ou 5 oranges (ou 50cl de bon jus d’orange)
  • 1 citron
  • 1 bâton de cannelle
  • 1 étoile de badiane
  • 2 clous de girofle
  • Une mesure de miel (20cl)
  • Un peu de noix de muscade

Presser toutes les oranges et le citron dans une casserole, râpez un peu de noix de muscade. Récupérez un zeste d’orange et ajoutez-le avec la cannelle, la badiane, les clous de girofle et le miel dans la casserole.

Faire frémir à feux doux (sans arriver à ébullition)  en mélangeant un peu au début, puis laisser infuser 5 à 10 minutes, toujours a feux doux.

Vous avez la possibilité de filtré, sinon servez tel quel. Une froidie, le mélange se conserve très bien au frigo quelque jours et peux être également dégusté froid au petit déjeuné.

 

Recette façon histoire :

Aujourd’hui jeune alchimiste il va falloir créer une nouvelle potion. Cette potion sera bien utile pour luter contre le froid de l’hiver et réchauffer les cœurs. Alors, commençons !

Il nous faut :

  • 4 ou 5 œufs orange de dragon
  • 1 fruit du soleil
  • 1 feuille roulée du grimoire de la forêt
  • 1 étoile de la forêt
  • 2 clous de l’ébéniste de la forêt
  • 1 mesure de miel des montagnes
  • Une pincée de poudre d’escampette

Pour commencer, il va nous falloir râper un peu de l’écorce des œufs de dragon. Mettons les de coté, ensuite il nous faut presser c’est œuf afin d’en récupérer le jus. Il faut faire la même chose avec le fruit du soleil.

Mettons dans un chaudron, le jus, le zeste d’écorce d’œuf, la feuille roulée de grimoire, l’étoile, les clous, la mesure de miel et la pincée de poudre d’escampette.

Avec l’aide d’une grande personne, il faut mettre le chaudron sur le feu. Il faut que le feu ne soit pas trop fort afin que le mélange frémisse, c’est-à-dire que la surface du liquide est agitée d’un faible tremblement. Mis surtout il ne faut pas la faire bouillir. Touillons un peux au début, pour que le miel soit bien mélangé et après laissons à feu doux pendant 5 à 10 minutes.

Toujours avec une grande personne tu peux filtrer le mélange ou bien le boire tel quel. Mais prends garde à ne pas te brulé, c’est chaux.

Mmmh quelle délicieuse potion ! Elle réchauffe bien !

Et si jamais le temps se radoucie et qu’il fait meilleur, ne t’inquiète pas jeune alchimiste. Tu peux mettre ta potion au frigo et la boire froide.

LAISSER UN COMMENTAIRE